Un homo dans la cité – Brahim Naït-Balk

Acheter ce livre

« Ma sortie du placard pleine et entière date d’à peine deux ou trois ans. Seuls ceux qui ignorent ce qu’être homosexuel veut dire dans ma culture s’en étonneront. J’ajoute à ce “handicap majeur” que je suis fils de mineur, que j’ai grandi à Saint-Étienne et que je suis l’aîné de sept frères et sœurs. Mais ce n’est pas le pire. »
Brahim Naït-Balk a grandi dans la honte. Honte de lui-même, de ses désirs et d’une différence qui l’isolait dans sa propre famille : son homosexualité. Comment vivre avec une telle particularité quand on est musulman, aîné d’une famille marocaine pauvre et nombreuse ? Mais surtout, comment s’épanouir quand on grandit dans des cités de banlieue où la virilité est la valeur suprême et où règne la loi du plus fort ? Alors que Brahim, romantique et sensible, ne rêve que du grand amour, il va subir la violence, les agressions sexuelles et les humiliations quotidiennes que lui font endurer les petits caïds des cités. À la honte de Brahim va s’ajouter la peur.
Terrorisé, il a longtemps rasé les murs avant de se révolter. À 30 ans, il décide de s’affirmer et de vivre ses préférences amoureuses au grand jour. Les difficultés se multiplient, mais cette fois, il les affronte.
Un homo dans la cité retrace le long chemin parcouru par Brahim pour se muer en être libre, tenir debout et prendre son envol.
Cliquez ici

23 thoughts on “Un homo dans la cité – Brahim Naït-Balk

  1. Bravo!
    Je ne connaissais pas l’émission, je ne l’ai toujours pas écoutée (mais promis,je vais le faire!!!), j’avais juste entendu parlé de Brahim une fois par hasard à la télé par rapport au club de foot!
    Aujourd’hui (mercredi 30 septembre 2009), j’ai écouté son intervention sur RMC et j’ai acheté son livre pendant la pause déjeuner.
    Résultat des courses, merci!!!
    Je l’ai lu en une seule fois (je le termine tout juste et aurais une tête de déterré demain au boulot!!!), ai été ému et me suis même reconnu dans certains passages, moi petit provincial campagnard monté il y a peu en région parisienne et commencant tout juste à vivre vraiment, à 30 ans, son homosexualité!
    Je me pensais différent bien que semblable aux autres, je sais maintenant que je suis comme tout le monde, un mec avec des envies, des rêves et une vie à vivre! Et tout ca en restant pour le moment à l’abris des non dits familiaux et parfois amicaux!
    Pour ce qui est d’être heureux, je le suis avec un homme de 45 ans depuis 7 mois(comme quoi tout est possible Brahim!), nous vivons simplement et prenons le bonheur où il se trouve! Je ne sais pas de quoi est fait demain, mais j’ai bien le temps de voir venir l’aube!
    Encore une fois merci, j’en sors grandi!
    Longue vie et bonheur à tous!
    Amicalement
    Max
    PS: je sais, je l’ai déjà écrit dans le livre d’or mais l’article n’était pas encore paru!!! 😉

  2. Salut Brahim.
    Depuis le début , j’écoute le podcast de ton émission.
    J’ignorais ton parcours, même si je percevais souvent une certaine émotion contenue dans tes micros.
    Hier soir, ton histoire m’a fait pleurer. Les gens sont cruels, il faut et il faudra toujours se battre pour avoir et garder notre droit à l’indifférence.
    Tant de combats sont encore à mener sur les 2/3 de la surface du globe comme dans ce pays.
    Je t’embrasse, tu es admirable et j’espère que tu trouveras vite un garçon qui remplira ta vie de bonheur.

  3. Cher Brahim,
    nous nous sommes croisés il y a quelques années sur un plateau de télévision. Justement pour une émission sur les gays en banlieue. J’avais été charmé par votre élégance, vous m’aviez un peu impressionné, je me souviens que vous aviez passé un coup de téléphone avant l’émission et je me suis dit que vous étiez amoureux. J’ai dû vous envier.
    Vous êtes venu me voir à la fin, visiblement quelque chose dans ce que j’avais dit sur les gosses de banlieue – le peu que j’en sais – vous avait touché. A l’époque, cela m’a un peu surpris. A présent je comprends. Je viens de lire votre livre. J’ai été ému. J’y vois une preuve de courage et je ne pouvais pas manquer de la saluer.
    Gilles Sebhan

  4. bonjour

    je viens de voir l’émission de Mireille Dumas.
    Je tiens à vous féliciter pour avoir écrit et dit votre vécu.
    A ce jour, beaucoup disent que l’homosexualité est acceptée. Or ce que vous avez vécu est toujours vrai les agressions homophobes ont repris, les médias en parlent très peu et pourtant elles sont nombreuses.
    les associations SOS HOMOPHOBIE et CONTACT entre autres interviennent dans les collèges, les lycées, auprès des parents d’élèves, auprès des médias pour que les mentalités changent, pour que souffrances infligées à des homosexuel-le-s cessent.

    Il y a beaucoup de chemin à faire pour que l’homosexualité soit acceptée voire même tolérée. Des témoignages comme le votre aideront à faire avancer les choses.

    merci pour votre témoignage.

    une mère

  5. Brahim,

    Je viens de terminer votre livre, votre témoignage. Au-delà de ce qui touche, révolte, interpelle, et que je connais pour partie -et perçois- mais n’avais jamais vu développé dans un ouvrage je vous dis un grand merci à vous et aussi à Franck Chaumont pour son livre (où votre entretien avec lui apparaît également). Educateur spécialisé, aujourd’hui responsable d’un service éducatif de jeunes majeurs, gay -assumé, ou presque :-)- votre livre a fait échos à ma vie tant personnelle que professionnelle : non le secteur social n’est pas encore ouvert ni à l’aise avec la question de l’homosexualité. Dernièrement un éducateur a dit d’un jeune, maghrébin, homo qu’il lui faisait penser à la cage aux folles alors qu’il venait de lui parler d’une histoire de coeur. Militant dans une association de lutte contre le VIH, faisant passer des tests VIH dans un cadre démédicalisé et communautaire, plusieurs jeunes d’origine musulmane ont apporté, par bribes, des éléments de leur histoire personnelle très similaire à ce que vous pouvez rapporter dans votre ouvrage.
    Vous souhaitant une excellente continuation !!!! mais je ne viendrai pas au club foot gay…….je suis trop nul lol
    S

  6. Je viens de lire (d’une traite) le livre de Brahim.
    J’ai passé une partie de ma vie au Maroc et ce livre m’a bouleversé…
    Un livre d’espoir pour tous.
    BRAVO

  7. Bravo!

    Vous faites parties de ces gens courageux qui font avancer les choses.

    Merci de contribuer si activement à l’amélioration de notre société tellement en proie à la petitesse d’esprit.

    Le bonheur est toujours à votre portée, aujourd’hui plus que jamais, grâce à ce poids que vous avez décidé de révéler.

    Je suis sûr que beaucoup de jeunes et de moins jeunes trouveront de la force dans votre démarche.

    Olivier Malpas

  8. Cher Brahim, voilà un moment que je veux t’écrire. Tout d’abord pour te remercier pour homomicro que j’écoute généralement en podcast depuis 2 ou 3 ans maintenant. Mais une chose l’autre et puis rien n’est fait…
    Ensuite pour te proposer mes services comme chroniqueur et puis ensuite je me dis que ton équipe est super et que je ne pourrais sans doute rien apporter de plus, alors je passe mon tour…
    En juillet, lorsque tu avais parlé de toi dans homomicro, j’avis voulu t’écrire pour te dire combien j’avais été touché par ton témoignage, et puis… rien,
    Là, je viens de visionner ton intervention dans l’émission de M Dumas. C’est le choc. J’ai du mal à exprimer ce que je ressens, il y a trop à dire. Pour faire court je te félicite pour ton courage et ta capacité à aller au delà de ce que tu as vécu. Ton témoignage aidera beaucoup de monde, j’en suis sûr et pas uniquement dans les cités.
    J’espère qu’on se rencontrera.

    Patrick

  9. Salut Brahim,

    J’ai découvert ton livre hier dans le train…
    Je te félicite pour ton courage!!!
    Je suis algérienne, de confession musulmanne, et ce qui me choque plus que tout, c’est l’attitude des gens de « chez nous »!!!La responsable c’est l’ignorance.Nous avons tous le droit d’être heureux, homo ou pas.
    Etre 1 bon musulman, c’est aussi être tolérant!!A bon entendeur!!!
    Nadjiba.

  10. Remarquable témoignage. Très poignant. Bravo pour ce courage. Il en faut pour s’exposer à ce point mais il en faut également pour « accepter » cette épreuve afin de pouvoir en témoigner.
    Félicitations et respect !

  11. ton livre m’a beaucoup touché. tu es un super mec et ne t’occupes pas des autres. Ne t’inquiète pas tu trouveras le grand amour, tu le merites. Ta collègue préférée

  12. Bonjour Brahim,

    Je viens de terminer la lecture de ton livre.

    Pour ma part, je suis français d’origine, ce qui ne m’a pas empêché de me retrouver dans de nombreux passages.

    Mais surtout, sortant d’une relation qui a duré huit ans avec un marocain de dix neuf ans mon cadet, j’y ai également trouvé certaines clés me permettant de mieux comprendre certaines turpitudes de notre relation, et les raisons qui ont sans doute mené celle-civers on échec final.

    Notre relation a pris fin il y a à peine un mois, et, même si je comrends mieux certaines choses, grâce à toi, ton courage et ton ouvrage, j’ai, bien entendu, encore beaucoup de mal à accepter cette situation.

    Je ne vais pas m’étaler plus ici sur ce qu’est ma vie privée.

    Un seul petit grief (infime), le titre de ce livre : combien n’oseront l’acheter et passer en caisse avec ce livre, combien n’oseront le lire ouvertement sur les banquettes d’un train de banlieue, ou simplement le faire figurer en bonne place dans leur bibliothèque (malgré sa valeur incontestable), tant le titre est évocateur …

    Saches néanmoins que je suis admiratif et que j’aurais le plus grand plaisir à m’entretenir avec toi à propos de ton livre, de ta démarche et de tes actions.

    Bravo et merci.

    Francis.

  13. Brahim, un homme, un vrai. Voilà un moment que je le suis depuis le doc « Banlieue Gay » (dispo sur Vodeo.tv). Le courage, l’intelligence de son discours et la force qui l’anime me laissent admiratifs. Le bouquin est un pavé dans la marre, j’éspère qu’il provoquera des vagues. A l’heure des débats sur l’homoparentalité et le mariage gay, il ne faut pas oublier que beaucoup n’en sont pas encore là, et que le travail pour plus de tolérance est loin d’être terminé.

  14. M.A.G.N.I.F.I.Q.U.E!!!J’ai adoré votre livre qui m’a profondément touchée! Je ne suis qu’une simple « hétéro de base », attirée uniquement par les hommes! Votre histoire n’a rien à voir avec la mienne…mais pourtant, votre livre m’a profondément touchée! J’ai toujours été attirée par la cause des plus « faibles », des « incompris »…sans doute parce que j’ai toujours eu le sentiment d’en faire partie, pour d’autres raisons que les votres…Il y a tellement de choses qui me révoltent dans le monde dans lequel nous vivons! J’admire le courage qu’il vous a fallu pour oser dévoiler votre histoire dans ce livre…Bravo, vraiment, bravo et merci pour cet hymne à l’ouverture d’esprit et à la tolérance!Laure.

  15. Très émue à la lecture de ton livre. J’ai aimé le passage où tu écris que tu etais souvent dans les « jupes » de ta mère… J’ai connu ça…
    Bravo d’avoir eu l’envie, la force de te « raconter »….
    Un grand merci de faire, ainsi, « avancer » la vie…..

    Je t’embrasse affectueusement.

    Eliane

  16. Brahim bonsoir,

    Je suis tombé par hasard sur l’émission de Mirelle Dumas et ai écouté avec beaucoup d’émotion ton témoignage. Dès le lendemain j’acheté et lu ton livre et même si je ne suis pas du même milieu que toi j’ai aussi, comme beaucoup je pense, eu à découvrir un jour que j’étais différent des autres et me sentir à part en dehors et surtout comme te le dis très bien ne pas savoir à qui en parler. Nous sommes de la même génération et à l’époque se découvrir homo n’était pas aussi évident que cela car on en parlait pas autant qu’aujourd’hui. J’ai eu la chance de naitre dans un milieu suffisamment ouvert pour ne pas en ressentir le poids une fois le pas franchi de mon coming out… mais qu’il fut le long pas à franchir et à ne plus faire comme les autres à sortir avec des filles … Bref je voulais juste te dire que le carcan de la religion et de la tradition n’est pas propre à l’Islam mais existe aussi dans certains milieux très catho. J’ai vécu avec un catho pur et dur avec une tradition familiale écrasante d’une famille « noble » descendant de Saint François de Salle, très pied-noir, très riche puis très fauchée, d’une famille très à droite voire même à l’extrême pour le père. Une famille de trois enfants … l’aîné homo, le second homo … et le troisième à l’époque nous pensions qu’il finirait curé … Cette personne avec qui j’ai vécu a énormément compté pour moi et pourtant à l’époque à les années fin 1990 il était hors de question pour lui de se montrer ensemble même à la terrasse d’un bar … puis petit à petit il a pris son envol. Il n’a pas eu de bol il était tombé sur moi qui assumait depuis bien longtemps et qui je n’ai pas été tendre avec lui à ce niveau … il a avancé … et même si nous ne sommes plus ensemble depuis 10 ans il continue à m’appeler amoureusement « mon professeur ;-))) » … je l’ai envoyé deux fois à Lourdes pour se confesser car il pensait être dans le pêché. La première fois il est tombé sur un jeune curé qui lui a dit qu’il vivait dans le pêché … il en est revenu traumatisé … Six mois après sa grand-mère a voulu aller à Lourdes et là je lui ai dit « tu y retournes et tu prends un vieux curé qui a du vécu ». Il est tombé sur le Père Sauveur … au bout de 15 mn il lui a parlé de moi en disant IL et le Père lui a dit comment ça IL, IL ? Alors il lui a tout dit et lui a raconté l’histoire du jeune curé … à la fin le vieux curé lui a donné l’absolution sans aucune pénitence. Mon ami en a été étonné et lui a demandé pourquoi …. Alors le Père Sauveur lui a dit « Mon fils vous AIMEZ est c’est le principal, Dieu est AMOUR … Allez en paix. » tout ca pour dire que parfois même dans le dogmatisme de l’église bien pensant il y a de la lumière et cette lumière de ce Père a permis à mon ami de vivre pleinement au grand jour et ce maintenant depuis plus de 8 ans en Nouvelle Calédonie en assumant l’amour qu’il a pour un autre homme là-bas mais aussi ici en métropole car ces parents l’ont su et ont exprimé aussi leur joie de voir leur fils heureux …. Voila tout ça pour te dire Brahim, je te souhaite de rencontrer l’amour celui que tu souhaites … le Soleil brille au dessus des nuages et un jour la lumière travers les choses. Voila je voulais te dire tout simplement MERCI de ton témoignage et t’exprimer mon admiration pour ton courage d’avoir écrit ce livre qui certainement aidra quelqu’un …

    Marc DIOT Grenoble

  17. salut brahim un salut et beaucoup de sympathie de la part de tous a saint etienne bravo et a bientot
    mohamed akhatar

  18. Cher Brahim,
    Je viens de terminer la lecture de votre livre, Un homo dans la cité. Ce livre m’a fait du bien, car j’ai retrouvé toutes les souffrances de ma jeunesse. Certes, je ne suis pas musulman, mais l’éducation catholique est aussi lourde à affronter. Je suis professeur dans un collège difficile où les problèmes de sexisme et d’homophobie se posent tels que vous les décrivez. Je vous souhaite de rencontrer le bel amour.
    Je vous embrasse et vous remercie de tout. Pierre COLIN

  19. Enfin ce livre bouleversant est arrivé au Canada. Je l’ai reçu hier et je termine tout juste maintenant sa lecture. Bouleversant pour la violence qu’il décrit comme un fait divers dans la vie d’un jeune homosexuel de la Cité française.

    Mon commentaire peut-il apporter un réconfort a l’auteur Brahim et aux jeunes français qui ont lu cet exposé d’une vie vécue « en rasant les murs » ? En le lisant, je me suis retrouvé dans mon Canada des années 1960 alors que l’homosexualité était encore condamnable par la loi. Je vivais à ce moment-là mes vingt ans.

    On ne rasait pas les murs par crainte d’être attaqué pour cause d’attirance homosexuelle. Il n’y a pas eu chez nous cette violence physique. Mais la violence morale et psychologique y était tout aussi forte. On se taisait et on subissait intérieurement la honte d’être différent. On ne comprenait pas mieux que Brahim notre homosexualité.

    Notre religion chrétienne était et est toujours aujourd’hui tout aussi virulente contre la réalité de l’homosexualité que ne l’a été et ne l’est encore la religion musulmane. Ce n’est pas plus tard que la période des fêtes de fin d’année 2008 que le Pape, notre soi-disant représentant du Christ sur terre, nous annonçait que l’homosexualité était « contre la Vérité et contre la volonté de Dieu ».

    Brahim, je salue ton courage. Je peine pour la vie solitaire que ton entourage t’a fait subir et qui t’a marqué pour la vie. À qui te reprochera d’être qui tu es et de l’assumer, je te propose de lui demander une simple question: si on t’avait interdit d’aimer, tu aurais fait quoi de ta vie? Tu réponds superbement bien à cette question dans l’avant-dernière page de ton livre où tu dis: « Peut-être suis-je encore par trop idéaliste, mais ce combat … donne un sens à ma vie. » L’essentiel est là, car c’est ton amour pour ces « jeunes » qui t’a amené à lutter comme tu l’as fait.

    Je partage avec toi « ce goût pour des jeunes gens », un amour qui risque tôt ou tard de « faire souffrir » comme tu le dis si bien. Ces jeunes n’ont pas à te faire souffrir en autant que tu te donnes à eux pour qu’ils aient une vie meilleure que n’a été la tienne. C’est le prix que l’on paie pour être à l’avant-garde de la société dans laquelle on vit.

    On ouvre la voie à l’amour pour les autres en oubliant l’amour personnel qui nous échappe. Ta récompense, comme a été la mienne, c’est de savoir que tu as sauvé plus d’une vie en sacrifiant la tienne. Grâce à toi, beaucoup de jeunes auront compris dès leur adolescence qu’il ne leur est pas interdit d’aimer. Si tu n’avais pas consenti cet énorme effort, ces jeunes seraient aujourd’hui là ou tu étais il y a vingt-cinq ans. Tu fais preuve d’un amour plus grand en te donnant à ces jeunes de la façon que tu le fais.

    Aussi, au final, il est toujours possible qu’il y en ait un qui veuille partager sincèrement avec toi sa vie. Garde en toi l’espoir et la confiance. La beauté d’un rêve est le chemin parcouru pour l’atteindre. Je te le souhaite, tu le mérites.

  20. Bonjour Brahim,

    Je te remercie de parler de sexualité. Je souhaite que cesse le mensonge sociétal au sujet de la sexualité, genre faire semblant, mentir, faire autre chose.

    Je trouve que c’est de la part de la société humaine un investissement d’énergie dans la fausseté d’une quantité de « calories » astronomique, un Wall street de mensonges. Et pourquoi faire, réellement quand on y pense?

    Pour moi la sexualité est un moteur humain fondamental qui assure la survie de l’espèce en qualité pas en quantité: le désir physique et son association possible avec le désir d’amour et aussi la grosse expression de ma conscience. MA VIE exprimée selon des paramètres clairs et négociés avec LES AUTRES dans la notion de « vivre et laisser vivre » qui est la liberté mature et respecteuse. ETRE pour moi c’est ma pulsion sexuelle exprimée par des molécules physiques, mentale et spirituelles animées de bonheur, de vérité. Etre vrai c’est pourtant hyper difficile partout dans le monde et je trouve que c’est sérieusement bizarre une société transnationale installée sur du faux à ce point.

    Le livre Strong at the broken places (Fort aux endroits cassés) m’a appris que toute forme de violence intense subie équivaut à une agression sexuelle puisque la violence intense subie nous ébranle dans notre trognon de vie fondamental (nous bouleverse) et que ce « trognon fondamental de vie » c’est la sexualité puisque la sexualité est notre super moteur incroyable bourré d’hormones et de créativité celon les sciences occidentales et orientales.

    Mon moteur sexuel est mutilé dans sa dimension physique concrète et cela vient de cette société de mensonge sexuel tel que l’exprime l’occident. Parents sociopathes archi destructeurs de mon individualité (mon trognon fondamental) et corporation médico-pharmaceutique à produits corrosifs pour les organes génitaux, dans mon cas un produit à la cortisone. C’est super incroyable d’en arrivéer là comme communauté.

    Alors je chéri le chapitre de ton livre intitulé Difficulté d’être musulman et homo car tu y poses des vrais mots sur le sujet de la sexualité. Tous les mensonges affectent l’environnement. J’ai eu mon trognon super détruit par des menteurs et tes mots vrais sont un baume total pour moi. Je décrouvre dans ma vie personnelle que les humains les plus influents positifs pour mes molécules expriment les choses les plus importantes de la terre en parlant avec respect des choses réelles avec les vrais mots et cela me nettoit le cerveau d’une accumulation de mensonges styles caïds braqueurs de ma conscience.

    Eckart Tolle dit dans son livre Nouvelle terre que la ruse (une sorte de mensonge) est un moyen d’action super répandu et puissant produisant des résultats qui sont tous destructeurs alors que l’intelligence est une moyen d’action qui UNIFIE les hommes entre eux harmonieusement.

    Je te remercie de contribuer nous unir comme société.

    Je suis une femme hétéro-bisexuelle, question distribution en pourcentage de ma tendance cela dans toute ma manifestation moléculaire physique, mentale et spirituelle. C’est vraiment aliénant selon moi de le préciser avec des mots qui reflètent si faiblement ce qu’est le sublime d’ETRE EN HARMONIE AVEC SOI ET AVEC LES AUTRES. Je témoigne ici que je trouve insupportable de vivre dans une société de mensonge et je vois les dealers de drogues illicites distribuer le faux sublime de rechange pour « compenser » une société qui prétend ETRE multidimensionnellement via le faux. La Déprime est une bonne drogue aussi…. Moi je paie la facture mutilation physique. Super programme. Il est temps de grandir un peu. Out les caïd braqueurs limitateurs de conscience! Bonjour la maturité saine.

  21. Bonsoir Brahim,

    Je viens de lire, en deux heures, un homo dans la cité. Emouvant, humain et remplit de tellement d’amour de ta part.

    Merci à toi. J’ai compris, senti ce que tu décris.

    Je suis Franco-marocaine, je suis hétéro, j’ai vécu l’hypocrisie de notre culture (un viol à l’âge de 7 ans).

    Pour notre culture d’origine, il n’existe pas d’inceste, pas d’homosexualité (surtout active). Tout est hchouma. Je disais toujours à ma mère « à force de dire que tout est hchouma, vous êtes des hchouma ».

    Merci Brahim, je me sens très proche de toi

    Rachida

  22. Bonjour. Félicitations pour votre livre, et merci. J’admire le courage et la force qu’il vous a fallut pour réussir à raconter votre histoire et à la faire partager. Votre esprit est sain et droit, ne changez pas.

    J’espère que vous irez de mieux en mieux et que vous rencontrerez un amour pure.

    Hayat

  23. Bonjour Brahim,
    Je viens de finir ton livre d’une traite. C’est émouvant. Je me suis, à de nombreuses reprises, identifié à toi et à ton parcours.
    Et pourtant je ne suis pas de confession ou d’origine musulmane. Bientôt 45 ans et toujours seul! j’aimerais tellement donner et recevoir de l’amour.
    Merci pour ton rémoignage.
    Lio

Comments are closed.