L’Homme qui Aimait Yngve

A Stavanger, petite ville de Norvège, au tout début de l’année 90, il y avait Jarle, 17 ans, hétéro.

Habituellement rythmé par sa relation avec sa copine Katrine, son pote Helge, son groupe de hard rock et ses discours anticapitalistes, se voit subitement chamboulée un matin, alors qu’il gare son vélo devant son lycée, par la rencontre avec un nouvel élève, Yngve, dont il tombera amoureux.

En ouvrant « l’Homme qui aimait Yngve », on entre de plein fouet dans la vivante description d’une époque, d’une génération, d’un pays et de cette folie amoureuse propre à la jeunesse.

Cette histoire est raconté 13 après, qui est le narrateur ? Pourquoi le verbe « aimer » est conjugué à l’imparfait ?

Le Norvégien Tore Renberg est l’un des auteurs majeurs de la jeune génération de son pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *