Je tremble, ô matador de Pedro Lemebel et André Gide

« Je tremble, ô matador », ce n’est pas un roman sur la tauromachie, il est Chilien, il vient de sortir chez Denoël, il est écrit par Pedro Lemebel.

Je tremble, ô matador (Poche) - Pedro Lemebel

Je tremble, ô matador est un roman qui présente 2 portraits contrastés entre un homosexuel appelé «la folle» qui tombe amoureux d’un certain Carlos, un cubain venu spécialement pour monter un attentat contre Pinochet. L’histoire se passe au Chili en 1986, année où Pinochet a survécu par miracle à un attentat. «Je tremble, ô matador» raconte l’histoire d’une rencontre quasiment impossible entre deux personnes qui n’ont absolument rien à faire ensemble et qui finalement réunisse leur destin.

L’écriture est flamboyante, drôle, poétique, excessive bien sûr puisque la scène se passe en Amérique du Sud mais à la fois truculente et pudique au service d’un livre bouleversant et que l’on quitte avec beaucoup d’émotion.

Pour terminer je vous propose un texte d’André Gide miraculeusement retrouvé une sorte de «petite sucrerie». «Le Ramier» disponible dans la collection Folio.

Ce texte est une petite histoire de quelques jours autour du 28 juillet 1907, Gide était chez son ami prés de Toulouse, un jour d’élection. Il se trouve que Gide a eu une aventure avec le fils d’un valet de ferme qui s’appelait Ferdinand. Ferdinand devait avoir 17 ans.

Ce qui est merveilleux dans ce texte d’une dizaine de pages c’est la façon dont il raconte la nuit unique qu’il a passé avec lui, on découvre chez Gide une sexualité qui est extrêmement respectueuse, admirative. Bref c’est un vrai esthète.

Eric